Vendredi 23 janvier 5 23 /01 /Jan 17:29
Comment faire lire une oeuvre intégrale au collège et au lycée ? Voici la présentation, proposée le jeudi 22 janvier au Lycée Verdun de Beyrouth.



Long préambule : retour aux textes officiels 



Le collège 


NB 1 : La lecture : trois buts essentiels :

  •  
    1.  
      • Faire acquérir une culture humaniste (cf. nouveaux programmes)

      • Amener les élèves progressivement à être des lecteurs autonomes

      • Susciter le goût et le plaisir de lire


NB 2 : Dans les nouveaux programmes – niveau 6ème à appliquer à la rentrée scolaire prochaine, la lecture au collège se fait selon deux démarches : la LA ou la lecture cursive ; la LA se fait dans deux cadres : soit celui du GT, soit celui de l’OI.


Chiffre magique à retenir : 3, lequel se décline aussi en 3 :

  • 3 lectures d’OI

  • 3 GT

  • 3 lectures cursives


Dans les programmes actuels, la lecture d’œuvres complètes se fait dans le cadre de lectures cursives, d’études intégrales, de lectures par extraits. –sur le plan de la démarche, il faut ajouter aussi le GT. Neuf œuvres intégrales par an : « L’objectif concret est qu’en combinant les lectures cursives, les lectures plus détaillées d’œuvres intégrales et les prises de contact plus rapides, un élève puisse, à la fin du collège, avoir fréquenté au moins trente-six ouvrages (sans compter les ouvrages documentaires). » (Accompagnement du programme de 6ème, 1996)


Au collège, qu’entend-on par la lecture d’une œuvre intégrale ? qu’attend-on du nombre d’œuvres intégrales à faire lire aux élèves ? Qu’en est-il des œuvres conseillées par niveaux ?

  1. L’étude d’une OI en 6ème –ou cycle d’adaptation :


Nouveaux programmes applicables à la rentrée 2009 en 6ème (BO spécial n°26 du 28 août 2008) 

« L’étude de l’œuvre intégrale s’appuie sur une lecture complète préalablement effectuée par l’élève. En classe, elle combine la lecture analytique d’extraits avec un parcours transversal, qui peut être organisé à partir d’une question ou d’un thème donné. » (…)

« Un projet d’organisation raisonnable au regard des objectifs poursuivis par ces programmes comprend la lecture d’au moins trois œuvres intégrales et trois groupements de textes étudiés en classe, et trois œuvres lues en lecture cursive en dehors du temps scolaire. Pour certaines œuvres, une version modernisée ou une adaptation de qualité est recommandée ; un astérisque les signale. Le programme rassemble des propositions parmi lesquelles le professeur est libre de faire des choix à l’intérieur des rubriques, selon le niveau de sa classe et son projet d’enseignement.


1. Textes de l’Antiquité

Le professeur fait lire des extraits choisis parmi les œuvres suivantes :

- Le Récit de Gilgamesh*;

- La Bible*,

- L’Iliade*, L’Odyssée* d’Homère ;

- L’Enéide* de Virgile ;

- Les Métamorphoses* d’Ovide.


2. Contes et récits merveilleux

Le professeur fait lire au moins deux contes choisis parmi les œuvres suivantes :

- Les Mille et Une Nuits* ;

- Contes de Charles Perrault, de Madame d’Aulnoy, des frères Grimm, de Hans-Christian Andersen ;

- Alice au pays des merveilles* de Lewis Carroll ;

- Le Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry ;

- Petit Bodiel et autres contes de la savane ; Il n’y a pas de petite querelle de Amadou Hampâté Bâ ;

- Contes, Nouveaux contes d’Amadou Koumba de Birago Diop ;

- La Belle Histoire de Leuk-le-lièvre de Léopold Sédar Senghor.


3. Initiation à la poésie

Le professeur choisit :

- des poèmes en vers réguliers, des poèmes en vers libres ou variés, des calligrammes, des haïkus ou des chansons, du Moyen Age au XXI° siècle, pour faire découvrir la diversité des formes et motifs poétiques ;

- des Fables de Jean de La Fontaine (choisies dans les Livres I à VI).


4. Initiation au théâtre

Le professeur fait lire, intégralement ou par extraits, au choix :

- une pièce de Molière : par exemple Le Médecin volant, L’Amour médecin, Le Médecin malgré lui, Le Sicilien ou l’amour peintre

- une courte pièce, choisie par exemple parmi celles des auteurs du XX° siècle suivants : Jean Tardieu, Roland Dubillard, René de Obaldia.


  1. L’étude d’une œuvre intégrale au cycle central -5ème / 4ème :

Programmes et accompagnement :

« L’étude d’une œuvre intégrale constitue à coup sûr l’expérience de lecture la plus fertile ; elle rend les élèves sensibles à l’unité d’une œuvre, à son intégrité. Loin de mimer passivement la découverte de l’ensemble page à page, chapitre après chapitre, scène après scène, cette étude consiste en une saisie de l’œuvre, considérée comme un tout signifiant. Cela implique que tous les élèves l’ont préalablement lue –au besoin en plusieurs étapes, guidées par le professeur – et que l’on aura évalué leur appréhension globale de cette lecture. Mais les limites de la séquence unifiée et cohérente qu’elle permet de construire – et que l’on peut raisonnablement fixer à une dizaine d’heures maximum pour une pièce de théâtre ou un roman – imposent de faire des choix, de conduire un projet de lecture qui s’attache à la singularité de l’œuvre choisie par le professeur. S’il est légitime, en situation d’apprentissage, d’étudier les caractéristiques d’un genre, il serait très insuffisant de limiter l’étude d’une œuvre littéraire à l’analyse de formes générales ou à la mise en place d’outils valables pour toutes les œuvres. Ainsi, l’étude en 5e du Médecin malgré lui ne saurait se limiter à la définition des caractéristiques du texte théâtral ou à l’usage de tableaux d’entrées des personnages. Il convient que ces outils ou ces entrées utiles et pertinents soient mis au service du sens de l’œuvre, pour rendre justice à sa singularité, pièce comique de Molière, héritière à la fois de la farce du Moyen Âge et de la commedia dell’arte, en même temps qu’au rôle de la satire sociale et au plaisir du rire. L’étude d’une œuvre intégrale articule les analyses fragmentées (un extrait dont on justifie le choix et les limites, un chapitre, une scène, un poème issu du recueil) et les visions d’ensemble : éléments de la fiction, réseaux de personnages, études de l’espace et du temps, construction et progression dramatiques, thèmes dominants, choix narratifs, dramaturgiques, esthétiques. »




Choix de textes et d’œuvres :


En 5ème :


Littérature pour la jeunesse

A lire de façon cursive.

Textes du Moyen Âge au XVIIe siècle, choisis pour leur intérêt culturel

Comme en 6e, l’objectif est de donner aux élèves des connaissances culturelles en les mettant en contact avec des textes littéraires devenus des références. Ces textes sont tantôt lus dans leur intégralité, tantôt abordés de façon plus rapide, au choix du professeur. Dans ce dernier cas, la lecture porte sur un passage cohérent (un livre, un chapitre, un épisode) clairement situé dans le contexte de l’œuvre.

Ces textes sont lus en version moderne, avec si possible un regard sur l’état de langue d’origine.

En mettant ces textes en relation les uns avec les autres, ainsi qu’avec les œuvres lues en 6e, on fait percevoir des effets d’écho, de reprise, et éventuellement de parodie.

Les textes suivants seront étudiés selon les modalités ainsi définies :

Un roman de chevalerie (cycle de La Table ronde ou Tristan), au choix du professeur ;

Une pièce de théâtre brève (farce ou comédie) du Moyen Âge ou du XVIIe siècle, au choix du professeur ;

Un texte de dérision critique du Moyen Âge ou du XVIe siècle : Le Roman de Renart ou des extraits d’une œuvre de Rabelais ;

Un récit de voyage, en liaison avec les grandes découvertes.

Ces lectures se font en relation avec le programme d’histoire. Elle peuvent au besoin porter sur une adaptation.


En 4ème :


Littérature pour la jeunesse

On privilégie toujours la lecture cursive.

Textes des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles choisis pour leur intérêt culturel

L’objectif d’ensemble reste le même : donner aux élèves des connaissances culturelles en les mettant en contact avec des textes littéraires devenus des références.

On lira :

une pièce de Molière, et éventuellement une autre pièce du XVIIe ;

des textes de satire ou de critique sociale du XVIIIe siècle, éventuellement sous forme d’extraits

une œuvre poétique ou un ensemble de poèmes du XIXe siècle ;

un roman bref ou des nouvelles du XIXe siècle.

Comme en 5e, ces textes sont tantôt lus dans leur intégralité, tantôt abordés de façon plus rapide. Pour ces derniers, la lecture porte sur un passage cohérent (un livre, un chapitre, un épisode) situé par le professeur dans le contexte de l’œuvre. Les textes sont mis en relation avec le programme d’histoire et avec celui d’éducation civique dans toute la mesure du possible (on peut envisager dans cette perspective la lecture de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen).



  1. L’étude d’une œuvre intégrale en 3ème -ou cycle d’orientation :

Littérature pour la jeunesse

Les titres peuvent être choisis par le professeur dans la liste présentée en annexe des Documents d’accompagnement du programme, avec le souci de proposer au moins une œuvre humoristique.

Textes porteurs de références culturelles

– Une œuvre à dominante argumentative (essai, lettre ouverte, conte philosophique).

– Une œuvre autobiographique française.

– Un ensemble de textes poétiques du XIXe ou du XXe siècle.

– Une pièce de théâtre du XIXe ou du XXe siècle, française ou étrangère.

– Deux romans, ou un roman et un recueil de nouvelles, du XIXe ou du XXe siècle.

Ces œuvres, au choix du professeur, devront inclure au moins un titre pris dans les littératures européennes. Les méthodes de lecture mises en œuvre se répartiront, à parts égales, entre la lecture cursive, l’étude de l’œuvre intégrale, l’approche par un ensemble d’extraits.



 
Au lycée :


En seconde : on fait lire aux élèves une OI dans le cadre des objets d’étude suivants :

  • Le récit : le roman ou la nouvelle

  • Le théâtre : les genres et les registres (le comique ou le tragique)

  • Un mouvement littéraire et culturel (XIXème ou XXème siècle)

  • L’éloge et le blâme, éventuellement.


En première : on fait lire aux élèves une OI dans le cadre des objets d’étude suivants :

  • Le roman et ses personnages : visions de l’homme et du monde

  • Le théâtre : texte et représentation

  • Pour les L : L’autobiographie

  • La poésie -éventuellement

  • L’argumentation : convaincre, persuader, délibérer -éventuellement

  • Un mouvement littéraire et culturel (XVIème, XVIIème ou XVIIIème siècle) éventuellement


  1. Comment entrer dans l’œuvre ?

Avant de « lancer » l’élève dans la lecture d’une œuvre intégrale, il semble nécessaire d’introduire cette œuvre afin de donner à l’élève l’envie de la lire. Bien des moyens existent pour tâcher de lui rendre cette œuvre a priori familière : entre autres :

  1.  
    • L’entrée par le contexte de l’œuvre : contexte esthétique et littéraire, contexte historique

    • L’entrée par l’image : l’analyse des fameuses premières de couverture, la projection d’une partie d’une adaptation filmique ou théâtrale, mais pas seulement : tout ce qui peut être utile à l’explicitation d’un thème ou d’une intention etc. (cf. ex.)

    • L’entrée par l’auteur : présentation de l’auteur (prise en charge par le professeur ou des élèves), interview de cet auteur, documentaire, correspondance, recours au manuscrit, etc.

    • Le questionnement du titre

    • L’entrée par le résumé de l’œuvre

    • L’entrée par un SI approprié (ex. même thème etc.)


  1. Comment étudier l'œuvre ?

  1.  
    • Les LA

    • Les études transversales

Question : comment articuler ces deux modes de lecture ? Proposition de réalisations.

  • Lecture d’une œuvre intégrale en seconde : Racine, Phèdre, 1676

  • Lecture d’une œuvre intégrale en première : Boris Vian, L’Ecume des jours,1947


  1. Qu'en est-il des évaluations ?


Comment évaluer, quoi, et quand ?

  1.  
    • Evaluer initialement ?

    • L’évaluation formative

    • L’évaluation finale

Par GREL - Publié dans : Lire
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Catégories

Calendrier

Août 2014
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             
<< < > >>
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus